Rechercher par pompes funèbres:
Contactez-nous
+32 475 263 715
 
Accueil        www.formalites-deces.be
 

Accueil  >  Vous venez de perdre un être aimé

 

Vous venez de perdre un être aimé, vous entrez dans ce qu’on appelle le processus ou le travail de deuil.





« Faire mon deuil : ça, jamais ! »


Souvent, on se méprend sur la signification du mot deuil. Il vient du latin « dolere » et signifie simplement « souffrir ».

Faire son deuil, c’est traverser cette souffrance qui emplit notre corps, notre cœur, notre esprit et qui s’empare de toutes nos réactions vers un apaisement qui va nous permettre de reprendre le fil interrompu de notre vie.

Faire son deuil, c’est apprendre à transformer l’absence de l’être aimé dans notre quotidien en une présence intérieure et réconfortante dans notre cœur.



« Jamais je ne pourrai l’oublier »



Faire son deuil ne signifie en aucun cas oublier.


Il y a deux sortes de mémoires : celle de la tête (les dates, les souvenirs visuels et auditifs) et celle du cœur (les sentiments et émotions).


Petit à petit, au cours des mois et des années, nous oublions de compter les jours, l’âge, nous perdons le son de la voix de l’être aimé, nous avons du mal à nous remémorer son visage ; malgré tous nos efforts, certaines images vont s’effacer, se sont peut-être déjà effacées (comme ce qui s’est passé lorsque nous avons appris la maladie, l’accident, le décès, certains moments de l’enterrement) et la mémoire commence à nous jouer des tours. Ce qui va rester vivant, ce sont les sentiments que nous éprouvons pour notre disparu.



« Je ne pourrai jamais plus être heureux »




Notre souffrance est l’ultime trace de la relation que nous avions avec notre aimé


Nous refusons inconsciemment d’arrêter d’avoir mal. Ce qui est difficile, c’est de continuer à vivre et à profiter de la beauté de la vie alors que tout s’est arrêté pour lui. Nous sommes sur un tapis roulant, attaché à la mort avec une sorte d’élastique qui nous garde dans le passé alors que la vie va continuer. Dans quelques mois, ce lien va se briser et c’est à ce moment que nous allons atteindre le vide de la solitude et nous sentir plus mal. Ensuite, et ce temps dépend de chacun, nous choisirons de reprendre notre chemin et nous serons en route vers l’apaisement.



« Je ne pourrai jamais accepter ça »




Accepter ne veut pas dire être d’accord


Il nous faudra bien un jour accepter la réalité de la perte, le réel de la vie sans l’autre mais jusqu’au bout, nous pouvons refuser d’adhérer à ce qui nous est arrivé. Nous pourrons malgré tout vivre avec qui nous sommes devenus suite aux circonstances extérieures. Nous sommes blessés et nous portons une cicatrice : nous ne sommes pas d’accord d’avoir subi cette blessure mais nous devons bien accepter que nous avons une cicatrice.



Etes-vous d’accord maintenant de poursuivre votre lecture sur le deuil ?       

Pages 1 2 3

(c) 2004 DEFUNT.BE - All Rights Reserved - Tous Droits Réservés.